Manger dehors, quelles conséquences ?

Manger dehors, quelles conséquences ?

Manger dehors, quelles conséquences ?

En été nous sommes de plus en plus tenter de manger dehors pour profiter du soleil en terrasse et de la bonne ambiance. Mais dans ces occasions, faisons-nous vraiment attention à ce que nous mangeons ?

Le bêta-carotène

On sait que le bêta-carotène est une substance fort précieuse qui peut protéger l'organisme contre plusieurs formes de cancer. Pour obtenir une telle protection, il faut cependant trouver dans l'alimentation entre 5 et 6 mg de bêta-carotène chaque jour.

L'alimentation courante n'en apporte, par contre, que 1,5 mg. Ce n'est, en fait, que 25 à 30% de ce qui est nécessaire. Il convient donc de mettre l'accent sur la consommation d'aliments riches en bêta-carotène. Les légumes verts, les légumes et les fruits à pulpe orangée (carottes, pommes de terre sucrées, pêches, cantaloups, abricots, papayes, mangues, etc.) apportent d'importantes quantités de bêta-carotène.

Si ces aliments ne sont pas régulièrement consommés, on peut prendre du bêta-carotène sous forme de suppléments alimentaires.

Il existe deux façons d'évaluer l'activité biologique du bêta-carotène : en unités internationales ou en équivalents rétinol.

Dans le cas des unités internationales, 6 microgrammes de bêta-carotène donnent 10 unités internationales. Une quantité de 6 milligrammes (1 000 fois plus que 6 microgrammes) donnera donc 10 000 unités internationales.

Si l'on s'exprime en terme d'équivalents rétinol, ce qui se fait de plus en plus aujourd'hui, on aura la norme suivante : 6 microgrammes donnent un équivalent rétinol. Par conséquent, 6 milligrammes (1 000 fois plus) donneront 1 000 équivalents rétinol. L'abréviation d'équivalents rétinol est ER "

Selon les normes officielles, un homme a besoin de 1 000 ER par jour. Une femme en a besoin de 800.

Manger à l'extérieur

De nos jours, les gens mangent de plus en plus à l'extérieur. Une telle situation comporte des risques sur le plan de la qualité nutritionnelle. Voici ces principaux risques :

1- Un apport plus grand en matières grasses.

2- Un apport plus grand en cholestérol.

3- Un apport plus grand en sel.

4- Un apport réduit en fibres alimentaires.

5- Un apport réduit en calcium.

6- Un apport réduit en vitamine C.

Le problème du gras, du cholestérol et du sel n'est pas facile à solutionner. Mais celui du manque de fibres, de calcium et de vitamine C peut assez facilement se corriger par le recours aux suppléments alimentaires.

Il est également possible, lorsqu'on mange souvent à l'extérieur, de faire un effort particulier pour bien manger à la maison. Sachant que l'alimentation au restaurant risque d'être plus grasse, plus riche en cholestérol et en sel, on peut décider de manger parfaitement bien à la maison. Pour ce faire, il suffit de n'acheter que des aliments pauvres en gras, en cholestérol et en sel. Du même coup, on augmentera nécessairement la qualité nutritionnelle des repas à la maison.

Ceci étant dit, il faut ajouter qu'il est maintenant possible de s'alimenter de mieux en mieux lorsqu'on mange à l'extérieur. On trouve en effet de plus en plus d'endroits où l'on sert des aliments sains. Il suffit de rechercher les bons restaurants naturistes et de ne commander que des mets sains, incluant notamment beaucoup de légumes. Il faut aussi éviter les fritures et ne jamais ajouter de sel. De plus, notre choix de mets devrait porter principalement sur une alimentation végétarienne plutôt que sur les viandes.

5 juillet 2020